MENU ET COMMENTAIRES >>

Tout sur la carpe Koï !



L’histoire des carpes Koï

La carpe Koï appartient à la famille des carpes, et ses caractéristiques particulières sont le résultat de plusieurs siècles de sélection et d’élevage. Il y a toujours eu en Asie un vrai attrait pour ce poisson : un élevage méticuleux et une sélection similaire à celle des grandes races de chien, avec des concours et des prix prestigieux.

peinture carpe koi

L’histoire des carpes Koï remonte à au moins 200 ans après Jésus Christ, d’après des transcrits Japonais, mais on n’en sait pas vraiment plus. Elle a été élevée au Japon comme source de nourriture. Ces poissons étant symbole de chance dans le pays, ils ont été introduits dans la plupart des maisons et familles. C’est un poisson extrêmement robuste, et on suppose qu’il a pu être transporté à travers l’Europe où leur popularité n’a cessé d’augmenter.

Les carpes Koï sont des poissons qui peuvent vivre très longtemps, jusqu’à une moyenne de 80 ans. Les femelles peuvent atteindre 75 cm de long et les mâles près de 90 cm. Leur vitesse de croissance dépend énormément des conditions environnementales. Ils ont besoin de conditions stables, d’une nourriture appropriée et d’un espace suffisamment grand et profond pour atteindre une taille importante. Lorsque toutes les conditions sont réunies, leur croissance est rapide.

Les différences entre les carpes Koï et les poissons rouges

Ils ont tous deux originaires de la même espèce de carpe sauvage. Les poissons rouges étaient élevés à des fins ornementales par les chinois, alors que les carpes Koï ont d’abord été élevées et sélectionnées pour devenir une source de nourriture. Aujourd’hui, la variété commune de poisson rouge et les jeunes carpes Koï se ressemblent beaucoup, ce qui est logique car ils sont génétiquement très proches. La carpe Koï devient plus grande et forte que le poisson rouge en prenant de l’âge.

Elever des carpes Koï

Elles sont traditionnellement élevées comme poissons d’étang, et c’est ainsi qu’elles se développent le mieux. Si vous habitez dans les climats doux, vous pouvez garder sans problème votre koï à l’extérieur toute l’année.

Si vous habitez dans les climats froids où l’eau de votre étang va geler en hiver, vous pouvez soit héberger votre koï en intérieur dans un grand aquarium d’appoint, ou alors utiliser un système de chauffage flottant permettant de faire fondre la glace de surface et ainsi votre koï pourra capter l’oxygène à travers le trou dans la glace. La solution la plus courante en hiver consiste à les garder dans le bassin extérieur ou l’étang, car ils deviennent très grands ce qui exclu l’aquarium. Votre magasin d’aquariophilie sera sans nul doute en mesure de vous conseiller et de vous montrer les produits à utiliser pour votre bassin de jardin, pour permettre à vos koï de survivre pendant l’hiver.

Les carpes koï sont robustes et peuvent vivre dans des conditions d’eau très variables. En extérieur, pendant les mois chauds d’été, il est important de fournir un endroit ombragé, car elles peuvent être brûlées par le soleil et l’eau du bassin pourrait devenir trop chaude. Je vous recommande de faire en sorte qu’il y ait un endroit plus profond, pour que les carpes puissent y descendre et rester au frais pendant les chaudes journées d’été.

Pendant les mois froids d’hiver, les carpes koï entrent dans un état d’hibernation, où elles se déplacent difficilement et ne mangent plus parce que leur métabolisme général ralentit. Ce comportement est naturel pour les koï en hiver.

Ajoutez des plantes aquatiques, immergées, demi-immergées ou flottantes dans votre bassin, comme des nénuphars, des jacinthes d’eau, des roseaux, etc. C’est utile pour plusieurs raisons :

  • Tout d’abord, les plantes aident à la filtration biologique de votre bassin ;
  • En outre, il fournit des endroits ombragés pour vos poissons, qui peuvent également se cacher des prédateurs comme les grands oiseaux et les chats ;
  • Les plantes ajoutent également de la valeur esthétique à votre bassin.

Les carpes Koï sont de gros poissons au métabolisme important, qui génèrent une grande quantité de déchets. Un système de filtration mécanique ou naturelle adaptée est donc nécessaire pour conserver une bonne qualité d’eau et une eau pas trop turbide pour pouvoir les contempler.

L’ajout d’une cascade décorative à votre bassin est un bon choix esthétique, mais permet surtout d’oxygéner l’eau et d’aider à réduire les nitrates et autres dérivés azotés. Considérez votre bassin comme un aquarium géant en plein air. Vous devez avoir un filtre assez grand pour gérer le volume d’eau. En plus de déchets classiques, vous aurez à gérer des éléments extérieurs tels que des feuilles mortes, et autres éléments naturels. Un tour dans votre magasin d’aquariophilie vous permettra de découvrir les différents modèles de filtres de bassin. La filtration est extrêmement importante, sinon l’eau de votre bassin va rapidement se détériorer, être envahie d’algues et devenir trouble : l’objet n’est pas d’avoir un marécage dans le jardin !

Pour le dimensionnement de votre bassin, calculez au moins 20 litres d’eau par centimètre de poisson. Rappelez-vous qu’une carte koï adulte atteint une grande taille, plus de 30cm en bassin, alors faites le calcul sur la base de la taille adulte des poissons que vous ajoutez dans le bassin.

Comment choisir une carpe Koï

Sachez que les carpes koï vont changer d’apparence à mesure qu’ils vieillissent. Leurs couleurs peuvent se disperser et leurs motifs se transformer. Au bout de quelques années, vous ne reconnaîtrez plus le poisson que vous avez acheté très jeune. Choisissez plus votre poisson pour sa bonne santé apparente que pour ses motifs et couleurs, qui vont changer au fil du temps.

Recherchez une colonne vertébrale bien droite et une grande bouche, avec des ouïes fermes et une grande nageoire dorsale, ce qui indique que vous aurez une grande carpe koï à l’âge adulte. Recherchez des poissons qui nagent de façon active et qui ne restent pas lents près du fond.

Lorsque vous arrivez à la maison, laissez flotter le sac qui contient votre koï dans l’étang pendant 20 minutes, comme vous l’auriez fait pour n’importe quel poisson d’aquarium d’intérieur. Même si les carpes Koï sont des poissons très rustiques, un changement soudain des paramètres de l’eau peut être dangereux.

Nourrir les carpes Koï

Vous remarquerez que la gamme de prix des aliments pour carpes koï est très large dans le commerce. Les marques les plus chères de nourriture pour Koï utilisent des ingrédients différents, variés et complémentaires pour simuler leur alimentation naturelle. A l’état sauvage, ce sont des poissons omnivores, qui mangent à la fois des végétaux et de petits animaux. En réalité, ils mangent tout ce qui peut tenir dans leur bouche.

Vous pourrez nourrir vos carpes koï avec des granulés flottants ou coulants, avec des vers, larves ou insectes, ou même des légumes bouillis. Plus les repas sont variés, et mieux c’est. Alternez les types d’aliments à chaque repas. En général, les différentes couleurs de granulés correspondent à différents nutriments dans l’aliment, par exemple les granulés verts sont riches en matières végétales et les rouges sont riches en matières animales.

Nourrissez vos poissons une fois par jour, en ne donnant que la quantité qu’ils peuvent consommer en 5 minutes. Enlevez tout excédent immédiatement car les aliments non consommés vont pourrir et dégrader la qualité de l’eau. Dans un bassin, les carpes Koï vont diversifier naturellement leur nourriture en mangeant des algues ou des insectes par exemple.

Une bonne qualité d’eau est essentielle pour des poissons en bonne santé. Toutefois, les Koï peuvent être sujettes à des maladies comme la pourriture des nageoires ou l’hydropisie. Si vous rencontrez un de ces problèmes avec vos poissons, demander de l’aide auprès d’un connaisseur avant d’acheter un traitement, car les méthodes sont différentes suivants le type d’aquarium ou de bassin dans lequel vous élevez vos poissons.