MENU ET COMMENTAIRES >>

Les principaux biotopes d’aquarium d’eau douce



Les eaux douces sont très variées, des eaux dormantes (lacs, trous d’eau, marécages) aux eaux vives (sources, ruisseaux, rivières, fleuves). dans les eaux vives, on distingue encore les rapides et les eaux calmes. Les eaux douces sont réparties sur tout le globe, mais la grande majorité des poissons d’aquarium provient des eaux tropicales et subtropicales, réparties en 5 régions principales :

  • Le bassin de l’amazone (dont l’eau est pauvre en substances minérales) et les territoires qui l’encadrent au sud (Parana et Paraguay) et au Nord (Amérique centrale).
  • Les lacs de la faille est-africaine.
  • Les eaux du bassin du Congo (aujourd’hui le Zaïre).
  • Les eaux de l’Asie du Sud et du Sud-Est, y compris les îles indonésiennes, la Nouvelle-Guinée et les Philippines.
  • Les zones littorales, que l’on ne peut classer comme saumâtres, même si le taux de sels dissous est élevé.

Le bassin de l’Amazone

L’Amazone, le plus grand réservoir d’eau douce sur la Terre, traverse pratiquement tout le sous-continent sud-américain. Elle a de larges affluents, comme les rios Negro, Madeira, Japura, Tapajos et Nepo, mais aussi un grand nombre d’affluents plus modestes. Les eaux de ce grand système différent non seulement par leur couleur, mais aussi par leur composition chimique.

L’eau blanche de l’Amazone est blanche est trouble, en raison des particules que le fleuve charrie. La couleur blanche est causée par l’apport des substances inorganiques provenant des Andes. Le pH est de 6,2 à 7,2, la dureté totale (TH) de 1,1 à 2,1°, la dureté temporaire (TAC) de 0,4 à 0,8°, la conductivité est de 30 µS à 28°C et de plus de 70 µS à 20°C.

L’eau pure de la rivière Tapajos est jaune ou même vert-olive et claire. elle contient peu ou pas de substances organiques ou inorganiques. Le pH est de 4,5 à 7,8, la dureté totale (TH) de 0,5 à 1,4°, la dureté temporaire (TAC) de 0 à 0,5°, la conductivité est de 15 µS à 28°C et de plus de 30 *S à 20°C. Cette eau est filtrée par le sable et les pierres des petits ruisseaux qui alimente la rivière.

rivière tapajos

Biotope de la rivière Tapajos

L’eau noire du rio Negro est vert-olive ou café, et transparente. La couleur brune est due aux acides dissous provenant des terres des forêts environnantes. On la trouve dans des régions submergées une partie de l’année. Le pH est de 3,8 à 4,7, la dureté totale (TH) est inférieure à 0,2°, la conductivité est de 8 µS à 28°C et de plus de 15 µS à 20°C.

Les ichtyologistes estiment que 2 500 espèces de poissons environ vivent dans le bassin de l’Amazone. Les poissons d’aquarium se trouvent surtout dans les petits ruisseaux, les lacs, les bras morts et les trous d’eau. Dans les fleuves principaux, la plupart des poissons restent dans les endroits calmes riches en végétation. Plus les rivières sont étroites, plus ils sont protégés par la végétation des berges. C’est pourquoi beaucoup d’espèces originaires de ces localités préfèrent la lumière tamisée.

Les lacs de la faille est-africaine

Une crête volcanique, qui traverse le continent africain du sud au nord, forme une frontière naturelle pour les eaux, séparant les eaux du Congo de la faille est-africaine (Rift). Dans cette région existent des lacs très intéressants pour les aquariophiles, en particulier, les lacs Albert (aujourd’hui Mobutu), Edouard, Victoria, Kivu, Malawi (Nyassa) et Tanganyika.

lac africain

Biotope des lacs africains

Tous ces lacs ont une eau alcaline de pH 7 à 10. La dureté de l’eau n’est pas aussi élevée que l’on pourrait s’y attendre, elle se situe autour de 10° (TH). L’exception est l’eau des lacs sodiques Natron et Magadi, entre le Kenya et la Tanzanie, où la dureté et la température sont maximales).

Dans ces lacs vivent de nombreuses espèces de Cichlidés endémiques (qui ne vivent nulle part ailleurs), en particulier celles qui pratiques l’incubation buccale. Les poissons les plus intéressants se trouvent dans les lacs de Tanganyika et Malawi, où les ichtyologues ont observé un développement rapide de la famille des Cichlidés. La répartition des espèces dépend de la nature du littoral (sableux, rocheux ou mixte) et de la profondeur.

Le bassin du Congo

Bassin Congo

Le bassin du Congo

La jungle tropicale de l’Afrique est la plus grande forêt continue après celle de l’Amérique du Sud. Elle s’étend depuis le littoral de la Guinée jusqu’au bassin du Congo, mesure 5 000 kilomètres d’ouest en est, et 1 600 kilomètres du nord au sud. La densité de la végétation et l’insuffisance des matières minérales expliquent la douceur et l’acidité des eaux, comme c’est le cas dans le bassin de l’Amazone.

fleuve congo

Le fleuve Congo

L’Asie des moussons

Des ruisseaux et des fleuves, interrompus par de petits lacs et par des trous d’eau, traversent la forêt et se jettent dans le Congo. Les rivières descendant des montagnes passent souvent des canyons étroits où elles forment des rapides et des chutes d’eau. Les pluies tropicales augmentent le niveau des eaux pendant la saison des pluies, mais les inondations ne sont pas fréquentes. Beaucoup de poissons de cette région adorent le soleil matinal.

Le territoire d’où sont importés les poissons d’aquarium s’étend de l’Inde du Sud au Sri Lanka, et comprend les îles indonésiennes et les Philippines jusqu’à la Nouvelle-Guinée. Le climat est ici caractérisé par les vents des moussons, saisonniers, qui amènent les pluies tropicales.

asie des moussons

Biotope de l’Asie des moussons

Par une température moyenne de 27°C, 2 000 mm de précipitations tombent chaque année au Sri Lanka. Sur ce territoire se trouve une forêt tropicale, dont l’hydrométrie atteint 90 à 100%. La température moyenne de l’eau évolue entre 20 et 27°C selon l’altitude. A haute altitude, la température de l’eau peut tomber à 5°C et 2 à 3°C dans les vallées de montagnes. Les ruisseaux de montagne en provenance de terrains cristallins ont une eau douce et acide de pH 5,5 à 6,8. De même les eaux des rivières indiennes qui prennent leur source sur le plateau de Dekan sont douces et acides et contiennent beaucoup d’humus provenant de la végétation tombée dans l’eau. Les poissons des ruisseaux de montagne exigent plus d’oxygène en général.